Comment est utilisé le glyphosate.

Épandage de glyphosate avant récolte.

Comment est utilisé le glyphosate

 

Le glyphosate est le pesticide le plus utilisé au monde.

L’utilisation mondiale a été estimée à 8,6 millions de tonnes entre 1974 et 2014, avec une utilisation 15 fois plus élevée depuis l’introduction des cultures génétiquement modifiées Roundup Ready en 1996. Depuis l’introduction des cultures Roundup Ready, le glyphosate a été pulvérisé plus intensément, c’est-à-dire qu’il a été pulvérisé plus souvent par hectare de culture au cours d’une année avec des doses d’application plus élevées. Mais les utilisations non agricoles mondiales ont également été multipliées par 5 depuis l’introduction des cultures génétiquement modifiées (Benbrook 2016. Trends in glyphosate herbicide use in the United States and globally).

Le glyphosate est un herbicide de post-levée à large spectre (ie non sélectif), systémique et de post-levée utilisé pour lutter contre les plantes annuelles et vivaces, y compris les graminées, les carex, les dicotylédones et les plantes ligneuses. Il est utilisé pour les cultures, les vergers, les serres, les plantations, les vignobles, les pâturages, les pelouses, les parcs, les terrains de golf, les zones forestières, les bords de routes, les voies ferrées, les zones industrielles et le jardinage domestique; pour la lutte contre les drageons des racines; et pour la lutte contre les mauvaises herbes dans les zones aquatiques.

Désherbage total avant semis direct sans labour.

Désherbage total avant semis direct sans labour.

Il est également utilisé pour la déshydratation du coton, des céréales, des pois, des haricots et d’autres cultures avant la récolte, ce qui entraîne un taux élevé de résidus dans les aliments et le fourrage animal provenant de ces cultures. L’Allemagne interdit la déshydratation avant récolte depuis mai 2014 (Benbrook 2016. Trends in glyphosate herbicide use in the United States and globally). Par le phénomène dhormèse (réponse biologique favorable suite à lexposition a de faibles doses de produits phyto-toxiques), le glyphosate à des niveaux sublétaux peut en fait stimuler la croissance et le rendement des plantes plus anciennes (Herbicides and plant hormesis, Belz & Duke 2014). Le sel sodique de glyphosate est utilisé comme régulateur de croissance sur la canne à sucre – pour accélérer la maturation, augmenter la teneur en sucre et promouvoir une récolte précoce – ainsi que sur les arachides.

Glyphosate et résidus de glyphosate dans l’alimentation animale: le prochain scandale sanitaire?

Glyphosate et résidus de glyphosate dans l’alimentation animale: le prochain scandale sanitaire?

Le glyphosate a également été utilisé pour détruire les cultures de coca et d’opium en Colombie. A partir de 2000, les États-Unis ont financé le gouvernement colombien pour les pulvérisations aériennes – pour l’année 2006 seulement: 171 613 hectares ont été pulvérisés (ColombiaEcuador: Studies Find DNA Damage from Anti-Coca Herbicide, Leahy 2007).

Des solutions faiblement dosées de la formulation Roundup sont utilisées pour dévitaliser certains matériels végétaux avant leur importation en Australie et en Nouvelle-Zélande, afin de réduire les risques de biosécurité en empêchant la propagation du matériel végétal. Par exemple, l’autorité néo-zélandaise de biosécurité a exigé que les tiges des fleurs coupées et les feuillages soient immergées dans une solution de Roundup à 0,5 % pendant 20 minutes. (MPI 2014, Draft Import Health Standard for Fresh Cut Flowers and Foliage for Decorative Purposes).

Le glyphosate est breveté comme substance synergique pour les mycoherbicides (fongicides naturels) utilisés pour la lutte biologique contre les mauvaises herbes, car il améliore la virulence des champignons (Johal & Huber 2009, Glyphosate effects on diseases of plants).

Le glyphosate est appliqué au moyen d’une vaste gamme de méthodes, y compris la pulvérisation aérienne, les pulvérisateurs à dos, les pulvérisateurs à épandage terrestre de divers types, les barres éponge, les systèmes d’injection et les applicateurs de gouttelettes contrôlés.

Épandage aérien de glyphosate sur un vignoble.

Épandage aérien de glyphosate sur un vignoble.

 

Épandage de glyphosate sur champ d’OGM.

Épandage de glyphosate sur champ d’OGM.

Principaux utilisateurs du glyphosate.

Les principaux utilisateurs mondiaux du glyphosate au cours des dernières années ont été l’agriculture sans labours, la production de biocarburants et, surtout, le développement de plantes génétiquement modifiées pour être tolérantes au glyphosate (World Outlook of Glyphosate 2009-2014). Le développement de la culture du maïs, du coton et du soja génétiquement modifiés aux États-Unis a été permis du fait que l’utilisation du glyphosate a été multipliée par 8 entre 1995 et 2005 (Influence of glyphosate-resistant cropping systems on weed species shifts and glyphosate-resistant weed populations, Johnson et al 2009).

Soja OGM résistant au glyphosate.

Soja OGM résistant au glyphosate.

Cultures génétiquement modifiées.

La première culture tolérante au glyphosate a été le soja Roundup Ready, introduit aux États-Unis en 1996. Des variétés de maïs et de coton Roundup Ready ont également été approuvées aux États-Unis en 1996, la luzerne en 2011 et la betterave à sucre en 2012. À l’échelle mondiale, la production de soja génétiquement modifié occupe la première place, le maïs arrive en seconde position, suivi du canola et du coton, cultivés principalement aux États-Unis, au Canada, en Argentine, au Brésil et au Paraguay (Who Benefits From GM Crops? The rise in Pesticide Use. Friends of the Earth International, Amsterdam. Villar & Freese 2008).

En 2013, la superficie mondiale consacrée aux cultures génétiquement modifiées était de 175,2 millions d’hectares, repartis sur seulement 27 pays, les États-Unis représentant à eux seuls, plus du tiers des cultures mondiales d’OGM, et la moitié des terres cultivables du pays. Les cultures tolérantes aux herbicides, dont la grande majorité sont tolérantes au glyphosate, occupent 100 millions d’hectares (Global status of GMO and Non-GMO crops. Institute of Science in Society, London. Ho 2014).

En 2009, environ 95 % de la récolte annuelle de soja en Argentine était du soja Roundup Ready; 200 millions de litres de glyphosate y étaient appliqués chaque année, principalement par pulvérisation aérienne. Ce soja de monoculture était cultivé sur 17 millions d’hectares , ce qui représente près de 50% de toutes les terres agricoles de lArgentine (Study released in Argentina puts glyphosate under fire. Americas Program Report, July 13. Centre for International Policy, Washington D.C Trigona 2009).

La Bolivie cultive également du soja génétiquement modifié sur environ 50 % de ses terres arables; le Paraguay cultive environ 15 millions d’hectares de soja, de maïs et de coton génétiquement modifié; et l’Australie cultive du coton et du canola tolérant au glyphosate. En 2015, presque 100 % des cultures australiennes de coton (270 000 hectares) étaient tolérantes au glyphosate.

Les cultures génétiquement modifiées occupent 11,45 % des terres cultivables dans le monde.

40 pays ont bannis officiellement les cultures OGM:

  • Afrique (3)
    • Algérie (depuis 2000)
    • Madagascar (depuis 2002)
    • Kenya
  • Asie (5)
    • Inde (interdiction partielle: seules les cultures tolérantes aux herbicides ont été interdites en 2013)
    • Turquie
    • Kirghizstan
    • Bhoutan
    • Arabie Saoudite
  • Amérique (4)
    • Belize
    • Pérou
    • Équateur
    • Venezuela
  • Europe (28)
    • Écosse
    • Pays de Galle
    • Irlande du Nord
    • Allemagne
    • France
    • Pays-Bas
    • Malte
    • Chypre
    • Grèce
    • Bulgarie
    • Russie
    • Serbie
    • Croatie
    • Italie
    • Danemark
    • Hongrie
    • Moldavie
    • Lettonie
    • Lituanie
    • Autriche
    • Pologne
    • Slovénie
    • Azerbaïdjan
    • Bosnie-Herzégovine
    • Luxembourg
    • Ukraine (malgré une forte contamination par les OGM dans le pays)
    • Norvège
    • Suisse

 

Herbicide à base de glyphosate, marque glyphogan dˊADAMA.

Herbicide à base de glyphosate, marque glyphogan dˊADAMA.

L’augmentation de la résistance des mauvaises herbes au glyphosate en raison de sa sur-utilisation sévère a incité les entreprises à rechercher d’autres herbicides pour compléter le glyphosate. Par exemple, Dow AgroSciences a développé une variété de maïs, Enlist Duo, qui tolère à la fois le glyphosate et le 2,4-D (approuvé aux Etats-Unis en 2014).

Entre-temps, Monsanto a mis au point un soja tolérant à la fois au glyphosate et au dicamba et a signé un accord avec DuPont pour la fourniture de dicamba pour lutter contre les mauvaises herbes résistantes au glyphosate dans les cultures de soja Roundup Ready (Monsanto and DuPont Sign Dicamba Supply Agreement. Press release, July 7th 2016).

En moyenne, les agriculteurs travaillant avec un soja OGM tolérant au glyphosate ont utilisé 28 % (0,30 kg/ha) plus d’herbicides que les agriculteurs nutilisant pas ce type de soja au cours de la période allant de 1998 à 2011 (Genetically engineered crops and pesticide use in U.S. maize and soybeans. Perry et al., 2016).

Pour aller plus loin sur le même sujet:

  1. Il est toujours bon de booster son système immunitaire, d’autant plus si on soupçonne d’avoir été exposé au glyphosate.
  2. Détoxifier son foie: le filtre de l’organisme: pourquoi, comment.
  3. Comment éliminer une source de contamination majeure: filtrer son eau du robinet.
  4. Alternatives au glyphosate pour le potager: Les toiles de paillage.
  5. Alternatives au glyphosate pour le désherbage: les brûleurs thermiques.

Leave a comment: