Comment le glyphosate peut générer inflammations et maladies du côlon.

Glyphosate et inflammation du colon.

Glyphosate et maladies du côlon

Il a été observé dans la flore intestinale du poulet, des différences de sensibilité importantes au glyphosate entre les pathogènes potentiels et les bactéries bénéfiques (The Effect of Glyphosate on Potential Pathogens and Beneficial Members of Poultry Microbiota In Vitro).

La plupart des enterocoques bénéfiques de la flore intestinale des volailles comme E. Faecalis, E. Faecium et B. Adolescentis sont très sensibles au glyphosate (concentration de 0,075-0,30 mg/ml). Alors que le glyphosate aux même concentrations n’est pas toxique pour les C. Botulinum de type A et B. Il est important de mentionner que les entérocoques sont capables d’inhiber la croissance de C. Botulinum et sa production de toxines.

Inhibition de Clostridium Botulinum par la flore intestinale saine.

Inhibition de Clostridium Botulinum par la flore intestinale saine.

Le botulisme infantile pourrait donc résulter, en partie, de l’absence d’organismes inhibiteurs dans la flore intestinale normale du nourrisson (Sullivan NM, Mills DC, Riepmann HP et al (1988) Inhibition of growth of Clostridium botulinum by intestinal microflora isolated from healthy infants. Microb Ecol Health Dis 1:179–192).

Dans la présente étude (The Effect of Glyphosate on Potential Pathogens and Beneficial Members of Poultry Microbiota In Vitro), Salmonella Enteriditis, Salmonella Typhimurium et Salmonella Gallinarum ont démontrés une grande résistance au glyphosate. Alors que celui-ci s est montré être un puissant inhibiteur de Bifidobacter – un antagoniste des souches de salmonella.

Dans l’intestin, L. acidophilus, L. fermentum, Bifidobacterium bifidum et Bifidobacterium longum réduisent le pH et créent des conditions défavorables au développement de Campylobacter. Malheureusement le glyphosate est toxique pour ces premières alors qu il l’est beaucoup moins le second. Ainsi une inhibition de ces bactéries bénéfiques au profit de Campylobacter pourrait être un facteur prédisposant à la gastro entérite et aux diarrhées.

Souche de bactérie E. Coli résistante au glyphosate.

Souche de bactérie E. Coli résistante au glyphosate.

Enfin, il a été démontré que les souches pathogènes E. Coli et E. Coli 1917 de la souche Nissle sont également résistantes au glyphosate.

Ainsi l’ingestion d’aliments contaminés au glyphosate pourrait perturber directement ou indirectement la flore bactérienne intestinale normale (certains échantillons d’aliments pour volailles et bovins prélevés en Allemagne contenaient de 0,4 à 0,9 mg de glyphosate/kg).

Pour résumer:

Le glyphosate, de par sa toxicité sur les antagonistes des germes pathogènes, et sa faible toxicité sur ceux-ci, peut être un facteur prédisposant au botulisme du nourrisson, aux salmonelloses, aux infections par E. Coli, a la campylobacteriose et aux inflammations du tube digestif.

Pour aller plus loin sur le même sujet:

  1. Il est toujours bon de booster son système immunitaire, d’autant plus si on soupçonne d’avoir été exposé au glyphosate.
  2. Détoxifier son foie: le filtre de l’organisme: pourquoi, comment.
  3. Comment éliminer une source de contamination majeure: filtrer son eau du robinet.
  4. Alternatives au glyphosate pour le potager: Les toiles de paillage.
  5. Alternatives au glyphosate pour le désherbage: les brûleurs thermiques.

Leave a comment: